L’encre et l’écrivain

Photo : Filipa Moreira da Cruz

Plume, stylo ou crayon
Les chagrins deviennent du bonheur
Les doigts qui glissent
Sur le clavier de l’ordinateur
Ou ceux qui dansent au son
Du rythme frénétique
D’une vieille machine à écrire

Le cœur s’accélère
Le sang frappe la tête
D’un coup violent
Les gouttes de sueur
Effleurent mon front
La respiration s’arrête
Le temps d’une pensée

L’inspiration est autant
Divine que capricieuse
Hélas, un mot!
Qui donne de l’existence
À toute ma vie
Je suis libre à nouveau
Et je m’en réjouis.

Filipa Moreira da Cruz