Tête en l’air

Photo : Filipa Moreira da Cruz

Elle oublie les clés de la maison, de faire les courses, de préparer à manger et même d’aller chercher les enfants à l’école. Les pauvres!
Son mari lui dit souvent:
– Un jour, tu perdras ta tête, c’est sur!
Elle s’endort debout, elle rêve éveillée, elle écrit des lettres d’amour que personne ne lit.
Elle pense à sa jeunesse, l’insouciance de ne pas craindre le lendemain.
Elle l’aime, mais n’ose pas lui dire. Elle veut s’enfuir à l’autre bout du monde, mais n’a pas le courage de faire sa valise.
Elle ne vit plus, elle survit, à peine. Elle est épuisée.
Elle vit entre deux mondes, mais elle n’appartient à aucun.
Elle joue le rôle de l’épouse parfaite, la mère bienveillante, l’amie complice, la fille modèle.
Elle oublie ses désirs et se laisse aller. Elle s’efface, se fait petite et transparente.
Et puis un jour…
Elle prend le large, en laissant tomber ce sentiment de culpabilité qui l’a accompagné depuis tant d’années. Les enfants ont grandi et ont quitté le foyer. Son mari est devenu vieux et aigris.
Finalement, elle s’autorise le goût du bonheur, sans peur de perdre la tête!

Filipa Moreira da Cruz



7 réflexions sur “Tête en l’air

Les commentaires sont fermés.