« En lo puro no hay futuro »

Photo : Filipa Moreira da Cruz

Je parle, tous les jours cinq langues. Au travail, avec mes amis et aussi ma famille. J’ai cinq accents. Je prends des décisions en anglais, je rale en français, je chante en espagnol, je me fâche en portugais et je rêve en italien. Parfois, ces langues dansent dans ma tête et alors mon cerveau décide d’injurier en espagnol, d’écrire en anglais ou de divaguer en français.

J’ai remarqué que j’ai surtout cinq personnalités! En anglais je suis pragmatique. Ready? Let’s go! En espagnol je suis décomplexée et naturelle. ¡Al mal tiempo buena cara! En portugais je suis nostalgique. Ai, as saudades! En italien je suis rêveuse et optimiste. Farfalle e colori. Et en français… je suis coincée! Bonjour madame. Je vous en prie. Merci beaucoup. Bonne journée.

« Pourquoi faire simple quand on peut compliquer? » Telle est la devise française. Trop de sous entendus, trop de paperasse à remplir, trop de mots à double sens, trop d’adjectifs, trop de verbes irréguliers, trop de subtilités, trop de portes à frapper et très peu de réponses. Et pourtant, cette langue je l’aime! Presque aussi que la mienne et plus que toutes les autres.

Photo : Filipa Moreira da Cruz

Le français me fait rire, pleurer, aimer, rêver, avancer. Le français nourrit mon âme et il habite sous ma peau. Il me murmure de douces mélodies à l’oreille. Il me berce quand je m’endors et il m’embrasse tendrement dès mon réveil. Parfois, on se fâche. En voilà quelques exemples : quand je fais des fautes, quand je ne comprend pas les blagues, quand je n’arrive pas à m’exprimer comme j’aurais voulu. Heureusement, ces moments ne me découragent pas. Après tout, il faut se lancer!

Et croyez-moi, je me lance sans peur du ridicule. Pire, je ris de mes propres betises. Pendant des années je disais « qui aime bien chatouille bien ». Jusqu’au jour (miracle!) où un être bienveillant m’a rappelée à l’ordre. Il était temps! Néanmoins, je continue à préférer chatouiller, car la châtiment ne me vas pas.

Et à tous ceux qui me disent « vous avez un accent! » je réponds « j’en ai cinq et c’est ça qui fait ma force ». Et pour mettre un peu de couleur (il en faut dans ce monde parfois gris) je peux mélanger toutes les langues dans la même phrase faute de mieux. Comment traduire « saudade »? Quelle est la meilleure expression pour « ti voglio bene »? Et comment dire « straightforward » ou « chapuza » tout simplement?

La langue française est encore plus capricieuse ou peut-être c’est moi la feignante. Par conséquence, « ras-le-bol », « pied-à-terre » ou « dépaysment » restent inchangés, car je suis incapapable de trouver leurs synonymes dans une autre langue. Des cousins oui, mais pas de frères jumeaux. Figurez-vous que cela m’arrange bien. Como cantaba Jarabe de Palo « en lo puro no hay futuro, la pureza está en la mezcla ». Tú si que sabías Pau.

Photo : Filipa Moreira da Cruz

Filipa Moreira da cruz

Publicité

8 réflexions sur “« En lo puro no hay futuro »

Les commentaires sont fermés.