Saint-Nicolas à Nice

La mer se couvre de bleus dégradésLes gens sont finalement déconfinésLe soleil rechauffent les coeursEn quête d’insouciance et de bonheurLa brise printanière réveillent les plus distraitsNous avons le monde à nos piedsLes langues et les cultures se mélangentQuel sensation étrange!Nous sommes en France ou en Russie?Quelle importance! On appartient ici. Saint-Nicolas nous protège Car laLire la suite « Saint-Nicolas à Nice »

Une maison face à la mer

Quand je serai vieilleJ’aurai une maison face à la merUne petite merveille Unique et gorgée de caractèreTu seras mon invitéBien sûr!On boira du théPour guérir nos blessures Des histoires au coin du feuDonnerons des ailes à notre amitiéOn se fera des aveuxEmportés par une réalité maquilléeLe passé est si loinLaissons-le derrière nousDeux vies, un seulLire la suite « Une maison face à la mer »

Thé à la menthe

Le vent caresse mes oreillesLa mer chatouille mes orteils L’eau fraîche effleure mes lèvres Les étoiles défient mes rêvesL’ombre cache la lumière du soleilLa nuit tombe et la lune se réveilleJe colorie ma vie comme un peintreJe divague, j’inventeL’éternité me souritJ’ai rendez-vous avec l’innouï. Filipa Moreira da Cruz

Cité corsaire

On ne cherche pas le bonheur, on l’attend. Reine Malouin Entourée par des seculaires rempartsDéguisée en dame bleueTerre d’arrivées et de départsColère qui s’exprime par le feuCité corsaire de pirates et de marinsLa tempête s’annonceAujourd’hui, demain?On l’attend patiemmentLa mer éméraudeEt le sable doré et finCachent des trésors Qui résistent au tempsLe soleil arriveSans demander laLire la suite « Cité corsaire »

Chateaubriand

La marée est basse, le vent souffle à peine et il n’y a personne à l’horizon. Toutes les conditions sont réunies pour visiter la sepulture de Chateaubriand. Finalement! François-René de Chateaubriand est né à Saint-Malo en 1768 et a décédé à Paris en 1848. À la veille de ses 60 ans, l’écrivain a demandé auLire la suite « Chateaubriand »

D’ici et d’ailleurs

Maison vagabondeSi petiteDans ce vaste mondeÂme erranteLà-basLà-hautToujours en retardDemander à la mortDe frapper plus tardAccordez-moi un instantVivre c’est urgent!Implorer à DieuDe nous prêter encore la vieMon amourAvec toi, je rajeunieFausse naïveSéductriceJe dissimule un dernier caprice. Filipa Moreira da Cruz Photos : Filipa Moreira da Cruz

Mer de Printemps

Bleu intenseCiel infini et denseÉcume transparente qui réclame ses droitsJe la caresse avec les pointes des doigtsCoquillages qui craquent sous mes piedsEt des algues qui enveloppent les molletsMer intemporelle Journée irréelleJe fuis les vagues en sursautant doucementJe ne pense plus au lendemainJe la veux toute entièreCette mer du Printemps! Filipa Moreira da Cruz Photos :Lire la suite « Mer de Printemps »

Un certain été

Tu te souviens de l’eau chaude et du soleil brûlant?Des longues journées sans lendemainDes promenades en bateauDes balades en véloDe nos caressesDe nos promessesDe nos baisers timidesDe nos conversations futiles et stupidesDes chaises rouges qui nous attendaient face à la merDans cette belle ville balnéaire Pendant ces jours magiques à Nice Nos désirs sont devenusLire la suite « Un certain été »

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer