La valse des égarés

Promenade solitaire
Rêves nus
Promesse éphémère
Dialogues décousus
Fustigé par l’oubli
Changement d’humour
Accroché à la vie
Malgré lui
Toujours.

Filipa Moreira da Cruz

Photos : Filipa Moreira da Cruz

La ville autrement

Reprise

Je fuis les confinés en vacances
Je marche, je cours, je me lance
À la découverte de la face cachée de la ville
Sur la mer bleue foncée les bateaux défilent
Tout en haut de la grue
Je prends en photo les intrus
Une hélice dans l’herbe
Un goéland par terre
Le pont suspendu m’invite à le traverser
Je ne’hesite pas une seconde, je me laisse sillonner.

Filipa Moreira da Cruz

Photos : Filipa Moreira da Cruz


Fougères VIII

Chacun de nous se promène avec bienveillance dans cette galerie de portraits de lui-même qu’est sa mémoire.

Jean Guéhenno

Photos : Filipa Moreira da Cruz

Paris, je t’aime!

Reprise

Photo : Filipa Moreira da Cruz

Tu es sale, habitée par des rats, des cafards et des punaises de lit. Tes appartements sont scandaleusement chers et affreusement minuscules. On se croirait au Japon, mais sans l’ordre et l’hygiène immaculées.

Tu deviens grise et laide après une journée de pluie. Et n’en parlons pas de la neige! Un vrai cauchemar! Tu es la reine du chic, gardienne de la tour Eiffel et du Louvre. La pendule n’est plus à l’heure au musée d’Orsay, mais tu t’en moques…bien-sûr! Tu es blasée. Les Champs Élysées perdurent, mais leur lumière est éteinte depuis quelque temps. Et alors?! Tu as tellement de trésors cachés!

Tu es arrivée après les autres, mais tu es ma préférée. Avant toi, Lisboa, Porto, Madrid, Barcelona, Bologna, Venezia, Firenze, Berlin, New York et tant d’autres remplissaient à merveille leur fonction de bien aimée. Hélas, après notre première rencontre, tout a bousculé! Tu ne fais jamais les choses à la moitié! Petite coquine déguisée de vieille dame bourgeoise.

Comm toi, j’aime les parisiens, les vrais. Ceux qu’y sont nés ou tous les autres que tu as adoptés comme tes propres enfants. Ils prennent le temps de nous raconter des histoires de lutece, ils s’arrêtent devant un bel immeuble, ils évitent les quartiers remplis de touristes, ils nous invitent chez eux. Parfois, ils boivent même du thé! On est fait pour s’entendre.

Montmartre, Le Marais, Saint Germain des Près, les villages cachées, les passages secrets. Les rues Bonaparte, du Bac, de Rennes et de Vaugirad (la plus longue). Le boulevard Raspail et l’avenue Foch (la plus large). Les places Dauphine, des Vosges et de la Victoire. Flâner au long de la Seine, se perdre dans l’île Saint Louis, bouquiner dans les jardins des Tuileries, du Luxembourg ou bien dans le parc Monceau.

Je t’ai quitté, mais je ne t’abandonnerai jamais. C’est kitsch, je le sais. Mais tout est permis quand on parle de la ville de l’amour. Et moi, je t’aime.

Filipa Moreira da Cruz

From Brittany with love

Des balades en mer
Vite! Le soleil est éphémère
Des randonnées dans la fôret
Des villages enchantées
Des églises séculaires
Des hommes révolutionnaires.

Filipa Moreira da Cruz

Photos : Filipa Moreira da Cruz

Dinan

Promenade en famille
La Rance nous accompagne
Tout au long du chemin
Les oiseuax chuchotent
Et les fleurs se balancent doucement
Les pierres des maisons
Au bord de la rivière
Racontent des histoires séculaires
Elles sont notre havre de paix
Notre protection
Mais nous sommes trop pressés
C’est dommage…
Pas de temps pour les écouter
Nous n’avons toujours pas compris
Que la vie ne tient qu’à un fil.

Filipa Moreira da Cruz

Photos : Filipa Moreira da Cruz

On se met au vert

Ferme les yeux
Inspire… expire
Le monde se couvre
De bleu et vert
La Terre est heureuse à nouveau
Seules les fleurs ont le droit
De porter d’autres couleurs
Et nous?
Nous sommes rien ni personne
Face à ce spectacle unique
Et on remercie la nature
Toujours.

Filipa Moreira da Cruz

Photos : Filipa Moreira da Cruz

Saint-Cast-le-Guildo

Dimanche en famille
Dolce fareniente
Une promenade à quatre
Les pieds dans l’eau
Et la tête dans les nuages… là-haut.

Filipa Moreira da Cruz

Photos : Filipa Moreira da Cruz

La ville autrement

Je fuis les confinés en vacances
Je marche, je cours, je me lance
À la découverte de la face cachée de la ville
Sur la mer bleue foncée les bateaux défilent
Tout en haut de la grue
Je prends en photo les intrus
Une hélice dans l’herbe
Un goéland par terre
Le pont suspendu m’invite à le traverser
Je ne’hesite pas une seconde, je me laisse sillonner.

Filipa Moreira da Cruz

Photos : Filipa Moreira da Cruz


Paris, je t’aime

Photo : Filipa Moreira da Cruz

Tu es sale, habitée par des rats, des cafards et des punaises de lit. Tes appartements sont scandaleusement chers et affreusement minuscules. On se croirait au Japon, mais sans l’ordre et l’hygiène immaculées.

Tu deviens grise et laide après une journée de pluie. Et n’en parlons pas de la neige! Un vrai cauchemar! Tu es la reine du chic, gardienne de la tour Eiffel et du Louvre. La pendule n’est plus à l’heure au musée d’Orsay, mais tu t’en moques…bien-sûr! Tu es blasée. Les Champs Élysées perdurent, mais leur lumière est éteinte depuis quelque temps. Et alors?! Tu as tellement de trésors cachés!

Tu es arrivée après les autres, mais tu es ma préférée. Avant toi, Lisboa, Porto, Madrid, Barcelona, Bologna, Venezia, Firenze, Berlin, New York et tant d’autres remplissaient à merveille leur fonction de bien aimée. Hélas, après notre première rencontre, tout a bousculé! Tu ne fais jamais les choses à la moitié! Petite coquine déguisée de vieille dame bourgeoise.

Comm toi, j’aime les parisiens, les vrais. Ceux qu’y sont nés ou tous les autres que tu as adoptés comme tes propres enfants. Ils prennent le temps de nous raconter des histoires de lutece, ils s’arrêtent devant un bel immeuble, ils évitent les quartiers remplis de touristes, ils nous invitent chez eux. Parfois, ils boivent même du thé! On est fait pour s’entendre.

Montmartre, Le Marais, Saint Germain des Près, les villages cachées, les passages secrets. Les rues Bonaparte, du Bac, de Rennes et de Vaugirad (la plus longue). Le boulevard Raspail et l’avenue Foch (la plus large). Les places Dauphine, des Vosges et de la Victoire. Flâner au long de la Seine, se perdre dans l’île Saint Louis, bouquiner dans les jardins des Tuileries, du Luxembourg ou bien dans le parc Monceau.

Je t’ai quitté, mais je ne t’abandonnerai jamais. C’est kitsch, je le sais. Mais tout est permis quand on parle de la ville de l’amour. Et moi, je t’aime.

Filipa Moreira da Cruz