Dessous-dessus

Reprise

Photo : Filipa Moreira da Cruz

Les lourdes nuages grises couvrent le ciel
La têmpete arrive
Mon coeur bat la chamade
Rien n’apaise mon état d’âme
Je suis au milieu de la foule
Et portant, je me sens étrangement seule
En fermant mes yeux
Les paupières se décollent doucement
Pour la première fois, je suis apaisée
J’en profite de ce moment
Car je sais qu’il sera bref
Le bonheur est éphemère
Il suffit d’une seconde
Pour que tout bascule
Hélas, la vie reprend le dessus.

Filipa Moreira da Cruz

Solitaire

Reprise

Photo : Filipa Moreira da Cruz

Cette journée sera la mienne
Je suis une bohémienne
Le soleil caresse le sable doré
Et je sens les coquillages sous mes pieds
Je repousse les reproches et les regrets
Peu à peu, je dévoile mon jardin secret
Je suis narguée par une insolente tranquilité
J’affiche un sourire empreint de sérénité
Mon regard dégage des promesses
Mon corps est rempli de tendresse
Je chasse les moments envoûtants
Je savoure l’instant présent.

Filipa Moreira da Cruz

Monsieur Distrait

Photo : Filipa Moreira da Cruz

Monsieur Distrait
Ne s’excuse jamais
Sauf quand il se trompe
Oh, le pauvre!
Pourquoi faire?
Le monde est déjà de travers
Monsieur Distrait
Perd pied
Il ne voit personne
Et plus rien ne l’étonne
Il vit dans son monde
Tel un vagabonde
Monsieur Distrait
C’est exactement ce qu’il fait
Ce sont les autres
Qui se trompent
Car ils vivent d’apparences
Monsieur Distrait
Rend les jours de pluie gais
Il sait que la vie
Est maintenant et ici
Monsieur Distrait
Ne croit pas au rejet
Il poursuit ses rêves
Son esprit n’est jamais en grève
Monsieur Distrait
Dort comme un bebé
Son corps est léger et son âme est en paix.

Filipa Moreira da Cruz

Chemins croisés

Photo : KaDDD

Je rate le train exprès
Je perds pied
Je garde l’espoir… qui sait?
D’un jour te revoir
J’erre, je n’existe plus
Je suis devenue somnambule
L’insomnie
Est ma seule compagnie
Le reste du monde s’en gouffre
Tandis que je souffre
De ton absence
De la tendresse de tes gestes
Et ta subtile maladresse
Jusqu’à quand?
Une seconde, un lourd instant
Aujourd’hui c’est déjà hier
Une sensation meurtrière
Et demain s’annonce
Si loin et incertain.

Filipa Moreira da Cruz

Solitude

Photo : Filipa Moreira da Cruz

J’attends un geste
Qui me réconfort
Et me donne le frisson
Hélas, tu recules
Devant cette ilusion
Je rêve d’une nuit d’amour
De plaisir, de désir
De l’extase à l’état pur
Je cours après une chimère
Qui ne voit jamais le jour
Mon esprit se rétrécit
Mon corps devient petit
Je perds ma voix
Je n’ai plus de forces ni de joie
J’erre au long du chemin
Sans espoir pour le lendemain.

Filipa Moreira da Cruz

Un soupçon de bonheur

Photo : Filipa Moreira da Cruz

Garde pour toi les miettes
De cet amour à moitié
Je veux être à nouveau complète
Avec toi, je me sens noyée
Du haut de la tour
Vous n’êtes que des fourmis en bas
Je n’attends plus le secours
Je livre seule mon combat
J’enfile ma robe en coton
Mes pieds caressent le sol
Comme du velours
Je descends à tâtons
Je flâne, je vole
Sans peur d’aterrir dans le vide
Hélas, je suis libre!

Filipa Moreira da Cruz

Le temps des adieux

Photo : Filipa Moreira da Cruz

Elle est née sous une bonne étoile
Mais sa vie a emprunté un autre chemin
Résignée, elle a accepté son nouveau destin
Le bonheur ne lui ressemble pas
Elle préfère être seule, dans son coin
Depuis longtemps elle y songe
À ce voyage à sens unique
Elle a déjà tout réfléchi
Ou presque
Elle a oublié la culpabilité qui la ronge
Une vidéo pour la famille
Et une lettre pour sa meilleure amie
Ah, sa meilleure amie!
Une sœur, une complice, une confidente
Si différente, et pourtant…
La seule capable de la maintenir ici
Malgré sa mince résistance, il est trop tard
Même si parfois elle y pense encore
Et si?!
Hélas, la douleur revient
Plus forte, plus coriace, plus intrusive
Cette douleur qui la mange vive
Son corps souffre en permanence
Et son esprit prend son mal en patience
Elle est résolue dans sa tête
Demain, sera le dernier jour de fête
Après, on pourra l’apercevoir
Parmi les étoiles et la poussière
En train de chanter et de danser
L’hymne de la liberté.

Filipa Moreira da Cruz

C’est quoi l’amour?

Reprise

Photo : KaDDD

L’amour… C’est quoi l’amour?
Est-ce que tu peux me le dire?
Être heureux et triste au même temps?
Rire et pleurer à tout moment?
Avoir envie de manger du chocolat?
Ne rien prendre au petit-déjeuner le matin?
Rester enfermé à la maison?
À attendre que le téléphone sonne?
Allumer la télé pour cacher la solitude?
Vivre comme des chiens errants?
Oublier les rêves?
Et penser que le chemin est trop loin?
Ne jamais avoir soif?
Ni faim?
C’est tout cela l’amour?
Tiens! Je te le donne!
Moi, je ne veux pas
Je préfère avoir froid
Ou bien plonger dans une piscine vide
L’amour?! Non, merci!

Filipa Moreira da Cruz

La belle au bois dormant

Et n’oubliez pas le jardin, je vous prie, le jardin aux grilles dorées. Et entourez-vous d’hommes qui soient comme un jardin, ou comme une musique sur l’eau quand le soir tombe et que le jour n’est plus qu’un souvenir. Choisissez la bonne solitude, la solitude libre, capricieuse et légère, celle qui vous accorde aussi le droit de rester bons en quelque manière.

Friedrich Nietzsche

Photos : Filipa Moreira da Cruz

Paris Orly

Paris Orly, vide. Les magasins sont fermés. Le duty free ressemble à un supermarché dans un petit village paumé. Pas de touristes bruyants. Aucun « sans contact » pour le désarroi des commerçants.
L’aéroport attend, mais les avions restent collés au sol. Les affiches sont trilingues, mais à quoi bon de faire l’effort si même les japonais sont absents?
Du jamais vu! Paris est à moi!

Filipa Moreira da Cruz

Photos : Filipa Moreira da Cruz